Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chronique de lecture 

  • Le dernier bain, de Gwenaële Robert.
  • Editions Robert Laffont

Lu dans le cadre du Prix du deuxième roman de Marche en Famennes (Belgique )

"Le dernier bain" affiche "roman" sur sa couverture, mais c'est en fait le récit romancé des derniers jours du citoyen Marat, le terrible et sanguinaire révolutionnaire français, à travers les regards croisés des protagonistes plus ou moins proches du dénouement de sa vie.
C'est particulièrement bien écrit, dans une langue très élégante, mais ne vous attendez pas à un grand souffle romanesque. C'est une page d'histoire,  et il faut aimer l'histoire pour apprécier ce récit. C'est mon cas, et j'ai trouvé le point de vue et la narration intéressants.

J'attends d'écouter Gwenaële Robert en conférence à Marche en Famennes pour me faire une opinion définitive. 

#LeDernierBain #GwenaëleRobert #RobertLafont #Histoire #lecture #livres #Chroniques 

  • Le quatrième de couverture :

Paris, an II. La France vibre sous le souffle de la Terreur.
Jane, une jeune Anglaise cachée dans l'appartement d'aristocrates émigrés, Théodose, un moine qui a renié sa foi par peur de la guillotine, Marthe, la lingère de Marie-Antoinette emprisonnée au Temple, David, le fameux peintre et député de la Convention, ou encore une Normande du nom de Charlotte Corday, tout juste arrivée à Paris... Ils sont nombreux, ceux qui tournent autour du logis de la rue des Cordeliers où Marat, cloîtré, immergé dans des bains de soufre, traque les suspects hostiles aux idées de la République.
Il ignore que certains d'entre eux souhaitent sa mort et qu'il ne lui reste plus que trois jours à vivre.
Par cette fiction qui nous propulse dans le coeur battant de l'Histoire, Gwenaële Robert détruit l'image sublime et mensongère que David nous a laissée de son ami Marat. Du bout de sa plume, grâce à un dispositif romanesque et à un sens de la reconstitution impressionnants, elle gratte le vernis de la peinture pour révéler la réalité du monstre.

Tag(s) : #Littérature blanche, #Robert Laffont, #Histoire
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :