Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chronique de lecture 

  • Quand Dieu boxait en amateur, de Guy Boley. 

  • Editions Grasset et Fasquelle.

Lu dans le cadre du Prix du deuxième roman de Marche en Famennes. 

Guy Boley nous raconte son père avec une tendre ironie, un peu de gentille moquerie, par pudeur sans doute. En tout cas, ça marche. Nous aussi, nous nous prenons à sourire devant cet homme simple et extraordinaire.  Nous aussi, nous nous souvenons quand notre père semblait un géant bienveillant et invincible. 
Beaucoup de nostalgie et d'émotion dans ce récit. 

#QuandDieuBoxaitEnAmateur #GuyBoley #Grasset #livres #chroniques #lecture #DeuxiemeRoman #MarcheEnFamenne

  • Le quatrième de couverture :

Dans une France rurale aujourd’hui oubliée, deux gamins passionnés par les lettres nouent, dans le secret des livres, une amitié solide. Le premier, orphelin de père, travaille comme forgeron depuis ses quatorze ans et vit avec une mère que la littérature effraie et qui, pour cette raison, le met tôt à la boxe. Il sera champion. Le second se tourne vers des écritures plus saintes et devient abbé de la paroisse. Mais jamais les deux anciens gamins ne se quittent. Aussi, lorsque l’abbé propose à son ami d’enfance d’interpréter le rôle de Jésus dans son adaptation de La Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ, celui-ci accepte pour sacrer, sur le ring du théâtre, leur fraternité.
Ce boxeur atypique et forgeron flamboyant était le père du narrateur. Après sa mort, ce dernier décide de prendre la plume pour lui rendre sa couronne de gloire, tressée de lettres et de phrases splendides, en lui écrivant le grand roman qu’il mérite. Un uppercut littéraire.

Tag(s) : #Grasset, #Littérature blanche, #Roman contemporain
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :